Serveur en cours migration - web.archireport.com temporairement indisponible
help

24 février 2021

Faire construire sa maison en bois

Constructeur : Kontio Aquitaine 

Les résultats de l’enquête nationale de la construction bois lancée par CODIFAB et France Bois Forêt sont parlants. En 2018, les constructions en bois ont connu une poussée de +20% pour les maisons individuelles et +19.4% pour les logements collectifs. Chaleureuses, confortables, isolantes et respectueuses de l’environnement, les maisons en bois font de plus en plus d’adeptes. Quels sont les types de bois adaptés à la construction ? Les maisons en bois sont-elles réellement écologiques ? On vous en parle dans cet article ! 

Quelles sont les caractéristiques de la maison en bois ?

Les maisons en bois ont la réputation de pouvoir être construites rapidement. Certains constructeurs proposent même de monter murs et toits en quelques jours à peine. La raison est simple, de nombreux éléments tels que les panneaux peuvent être assemblés en ateliers, accélérant ainsi la pose sur site. Le bois est un matériau léger et robuste qui offre une bonne isolation thermique mais pas phonique. Il est important de le savoir si vous comptez vous installer près d’une route passante. Le bois est aussi connu pour ses propriétés de régulation d’humidité, ce qui permet d’éviter la condensation.

Il possède cependant une faible inertie thermique. Autrement dit, une maison réalisée entièrement en bois mettra du temps à restituer la chaleur ou à la conserver. Des solutions existent pour éviter la surchauffe en été comme des avancées de toits ou encore des brise-soleils. Ne dit-on pas pourtant que le bois est un excellent isolant ? Ne vous méprenez pas. Certes, le bois a bonne réputation en termes de performances énergétiques, mais la vraie protection de la maison se fait par l’installation de l’isolant, sa quantité et la qualité de sa pose. C’est davantage l’ensemble de la construction que la présence de bois qui constitue une bonne isolation. Pensez par exemple à l’ouate de cellulose. Issue du recyclage de papiers et de débris de scierie, elle constitue un excellent isolant thermique à faible coût et écologique !

Comment parler de maisons en bois sans parler d’esthétisme ? Le bois offre des possibilités architecturales infinies. Maisons contemporaines ou chalets, en bois massif ou enduites, à étages, ce mode de construction vous permet de concevoir la maison de vos rêves. Attention cependant aux choix des essences. En effet, chaque bois a des propriétés différentes en termes d’isolation, de dilatabilité, de résistante ou encore de souplesse.

Quelle classe pour quelle utilisation ? 

Les essences sont classées selon la durabilité du bois face à l’humidité et à l’exposition à des risques bioclimatiques (insectes, pourriture et champignons).

La classe 1 rassemble uniquement les bois d’intérieur tels que ceux utilisés pour les meubles, le parquet ou les escaliers. Ils doivent être à l’abris de l’humidité. Les bois de la classe 2 peuvent être en contact peu prolongé avec une humidité supérieure à 20%. Ces bois sont utilisés pour la charpente et l’ossature des constructions.

Pour l’extérieur, il faudra vous tourner vers du bois au moins de classe 3 qui supporte fréquemment un taux d’humidité supérieur à 20%. Sans traitement, c’est le cas du douglas et du mélèze. Vous souhaitez construire une terrasse extérieure ou un petit balcon ? La classe 4 regroupe les essences qui supportent l’humidité permanente. Elles sont idéales pour les structures en contact avec le sol. Enfin les bois de classe 5 résistent à l’eau de mer, ils sont par exemple utilisés pour les pontons. Ces dernières catégories rassemblent principalement des essences exotiques. 

Le classement structurel permet quant à lui d’organiser les essences selon la résistance mécanique du bois lorsqu’il est soumis à différentes pressions : la flexion, la compression, la traction et le cisaillement. 

Quelles essences choisir ? 

Les essences sont innombrables mais les plus répandues sont les suivantes : 

Le pin et l’épicéa sont peu coûteux, robustes et légers. Ces bois sont souvent privilégiés pour l’ossature. Ils doivent cependant être traités car ils ne résistent pas naturellement à l’humidité.

HURFORD BOIS, construction ossature bois en Pin sylvestre.

Le Douglas est un bois qui ne pourrit pas et ce sans aucun traitement. De classe 3, il résiste aux intempéries, aux insectes et aux champignons. En vieillissant le bois originellement rosé, blond, prend une couleur grise. Pour ces raisons, le Douglas peut être utilisé pour l’ossature mais il l’est plus souvent en extérieur, pour le bardage. 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est bardage-douglas-claire-voie-27-x-42-mm.png.
Bardage en douglas

Le mélèze se rapproche du Douglas, mais supporte mieux des températures très basses et offre une meilleure protection phonique. 

Bardage en mélèze

Le red cedar est le bois noble par excellence. Il ne nécessite pas de traitement particulier. Sa couleur rouge/brun se patine avec le temps en gris.

Bardage en Red Cedar

Des produits d’entretien permettent de retarder les effets des UV, de la pluie et de la pollution sur le bardage. Cependant, la plupart de ces traitements hydrofuges sont chimiques. Il existe toutefois des lasures écologiques à base d’huile de lin, de résine ou de cire. Ces finitions nourrissent le bois tout en laissant l’humidité sortir. Par ailleurs, des astuces existent pour prolonger la durée de vie du bardage. Par exemple, positionner les planches à la verticale permet une meilleure évacuation de l’humidité car l’eau glisse sur les rainures du bois.

Des exemples de constructions 

Très répandue la maison à ossature bois ou MOB est constituée de montants en bois. Les panneaux sont souvent préfabriqués en atelier. L’isolant est installé dans la structure en bois. Légère, elle permet de gagner du temps sur la construction des fondations. C’est aussi la raison pour laquelle est peut être construite sur plusieurs types de terrains.

La maison à poteaux et poutres en bois se rapproche, elle, des maisons à colombage. Comme son nom l’indique, elle est constituée de poteaux verticaux et de poutres en portique. Ce type de construction ouvre le champs des possibles. Il permet une grande liberté architecturale et est idéal si vous souhaitez de grands volumes et de nombreuses ouvertures.

Source : maisons-en-bois.org

L’ancêtre de la maison en madrier n’est autre que la maison en rondins de bois empilés. Ici aussi les panneaux sont assemblés en atelier. A la différence de la MOB, les murs et les cloisons sont en bois massif et constitués de planches empilées. L’isolation se fait généralement par l’intérieur. 

Source : Maison en bois massif © Mikabois

Les maisons en bois massif sont réputées pour leurs fortes performances énergétiques grâce à une très bonne isolation extérieure. Elles sont fabriquées à partir de plusieurs lames de bois massif croisées. Ce type de construction est principalement utilisé pour les grands édifices mais se démocratise progressivement chez les particuliers.

Source : www.maisoneco.com Maison en panneaux massifs contrecollés

Si vous lancer dans l’aventure bois vous semble difficile, de plus en plus de constructeurs propose des maisons bois et béton. L’objectif est de tirer parti des propriétés les plus avantageuses de chaque matière.

Une maison en bois : quel bilan environnemental ? 

Le bois est une matière naturelle, renouvelable, qui continue de stocker le carbone emmagasiné même après avoir été coupé. Il nécessite peu d’énergie lors de sa transformation en matériau de construction et les déchets produits peuvent facilement être valorisés. Pour autant, une maison en bois est-elle forcément écologique ? La question est complexe. En effet, il est difficile d’estimer l’empreinte carbone d’une maison dite « traditionnelle » et celle d’une maison dite « écolo ». Si les matériaux utilisés ont bien sûr un important rôle à jouer, ils ne sont pas les seuls. La provenance de ces matériaux, l’utilisation de colle et traitements chimiques, l’isolation de la maison, le mode de chauffage et la gestion de l’eau sont autant de paramètres à prendre en compte. Cela dépend aussi de la volonté du constructeur de se rapprocher de modes de construction moins polluants. 

Des labels pour assurer la bonne gestion des forêts

Le label PEFC inscrit la forêt dans le développement durable. Ce label certifie que le bois provient de forêts préservées. La biodiversité est protégée et maintenue, les sols et l’eau ne sont pas pollués. Pour trouver la liste des détenteurs de licences, cliquez ici.

La certification FSC contrôle l’ensemble du processus de transformation du bois, de la production jusqu’à la mise à disposition. Le certificat « Chaîne de contrôle » FSC certifie que le bois provient de forêts gérées de façon responsable selon les règles FSC. Retrouvez ici la liste des membres.

Si vous passez en phase de réalisation, pour les professionnels de votre chantier, pensez à Archireport ! Créez vos rapports en quelques clics : indiquez vos remarques, positionnez-les sur plans, illustrez avec des photos. Il ne vous reste plus qu’à sélectionner vos destinataires, clients, artisans et à envoyer ! Vous pouvez même vérifier la bonne réception de votre rapport.

Loading Archireport web
Close

Créer un compte

Un vrai test gratuit de 30 jours, pas besoin de carte bancaire.

En m'inscrivant, j'accepte les conditions générales
Créer un compte

Merci !

Vous allez recevoir un email de confirmation pour valider votre compte. Dirigez vous ensuite vers l’une de nos 3 plateformes pour commencer à utiliser Archireport.

Sur iPad, Sur iPhone

L’application mobile ultime du suivi de chantier.

ArchiReport AppStore

Sur le web

La version bureau, pratique pour préparer vos projets.

Archireport icon

Télécharger l’application Archireport

L’application mobile est nécessaire pour pouvoir utiliser Archireport avec toutes ses fonctionnalités

Go dl
ArchiReport AppStore
FB Pixel