Close Annuler

Créer un compte

Un vrai test gratuit de 30 jours, pas besoin de carte bancaire.

En m'inscrivant, j'accepte les conditions générales
Créer un compte Fermer

Merci !

Vous allez recevoir un email de confirmation pour valider votre compte. Dirigez vous ensuite vers l’une de nos 3 plateformes pour commencer à utiliser Archireport.

Archireport web

Sur le web

La version bureau, pratique pour préparer vos projets.

Commencer
Archireport iPad

Sur iPad

L’application mobile ultime du suivi de chantier.

ArchiReport AppStore
Archireport iPhone

Sur iPhone

Tout Archireport, dans votre poche.

ArchiReport AppStore
Archireport iPhone

Télécharger l’application Archireport

’application mobile est nécessaire pour pouvoir utiliser Archireport avec toutes ses fonctionnalitésL

Go dl
ArchiReport AppStore

15 octobre 2017

L’open space : source de productivité ou d’économies ?

open space

L’open space est depuis la fin du 20ème siècle, une méthode qui se répand de plus en plus en matières d’organisation de travail. En France par exemple, 60% des salariés travaillent dans des bureaux ouverts. Censé améliorer la communication et la fluidité au sein d’une entreprise, l’open space est cependant souvent remis en question. En effet, les avis divergent. Certains attestent que sa mise en place n’est qu’une question d’économies.

Les origines de ce modèle importé des États-Unis

L’histoire de l’open space commence à la fin du 19ème siècle. Certains architectes tel que Franck Lloyd Wright considèrent les espaces fermés aspirent au « fascisme et au totalitarisme ». Franck Lloyd Wright est ainsi le précurseur des bureaux ouverts et collaboratifs. En 1904, il conçoit Le Larkin Building à Buffalo aux États-Unis où des dizaines de salariés travaillent ensemble dans une grande salle. Il réalise ensuite le siège social de SC Johnson à Racine dans le Wisconsin. Le modèle des open spaces sera ensuite déployer dans toutes les grandes entreprises.

Après la Seconde Guerre Mondiale, l’importante croissance économique et le développement du secteur tertiaire remet en cause l’organisation du travail en Europe. L’espace de travail ouvert commence à émerger en Allemagne. Les frères Eberhard et Wolfang Schnette créent le « bureau paysager ». Il s’agit d’un bureau sans cloison au mobilier discret égayé par des plantes vertes. L’objectif étant de favoriser la communication dans les entreprises.

En 1964, l’entreprise Herman Miller produit et commercialise les premiers bureaux modulables. Permettant de fluidifier les déplacements et les interactions grâce à leurs panneaux et espaces de travail à hauteur variables. Ils sont vite adoptés par de nombreuses entreprises. En 1968, Robert Probst imagine le cubicle, un bureau à cloison amovibles qui permet de rester isoler mais également d’avoir une vue sur les autres bureaux en se levant.

Après son apogée, la remise en cause de l’open space

Souvent apprécié par les managers, l’open space reste contesté par les employés. D’après Danièle Linhart, sociologue du travail, l’open space supprime définitivement l’intimité de chaque employé. Elle affirme que « sur un plateau, les salariés travaillent en permanence sous l’oeil de leurs collègues et de leurs chefs. Or tout le monde a besoin d’un peu d’ombre, d’un peu d’intimité, d’un peu de quant-à-soi. Il faut, dans une journée de travail, pouvoir, de temps en temps, prendre de la distance, souffler, adopter une posture de dérision. Ce contrôle de soi épuise les salariés et nourrit leur stress. Ce n’est sans doute pas un hasard si la question du mal-être est au coeur de nos débats sur le travail. »

Remis en cause car il engendre du stress, l’open space est également critiqué car il permet aux employeurs de réaliser des économies au détriment des bonnes conditions de travail des salariés. En effet, un open space permet de rassembler plus de salariés que dans des bureaux traditionnels. En France, les salariés ont perdu 40% de leur espace de travail en 20 ans avec l’émergence des open spaces. L’augmentation constante du prix de l’immobilier accélère la tendance. Pourtant, selon une étude France 2, un bureau en open space représente 86 minutes de travail perdu chaque jour en distraction. L’open space est-il alors la solution pour accélérer la performance des salariés ou pour réduire les coûts ?

De l’open space au multi-space

L’environnement de travail est l’une des premières exigences des salariés. Selon un étude du Baromètre Actinéo-CSA, 48% des interrogés évoquent l’espace de travail comme un des éléments les plus importants au travail. Au fil des années, l’espace de travail est devenu une source de rationalisation des coûts, au détriment de la qualité de travail des employés.

L’open space a ainsi été repensé par plusieurs professionnels de l’aménagement. Notant le manque de dynamisme et de fonctionnalité du modèle, l’espace a évolué vers le multi-space. En réduisant légèrement la taille des bureaux individuels, il est possible de créer des espaces dédiés à des activités bien précises. La création de ces espaces de travail a ainsi permis de favoriser les interactions. En effet, ils permettent aux employés de ne pas rester statiques devant leurs postes de travail.

Le multi space permet à chaque salarié de travailler comme il le souhaite. Les espaces de travail sont nombreux (salles de réunion, bulles de travail individuel…) ce qui permet d’optimiser l’efficacité des salariés.

L’open space doit ainsi être réinventé pour s’adapter aux valeurs de chaque entreprise qui le met en place. Les entreprises se doivent de prioriser la qualité de vie de ses salariés dans les espaces de travail pour limiter la distraction, le stress et les pathologies qui y sont liées.

 

Il existe également de nombreuses autres manières d’améliorer l’efficacité au travail. Pour les architectes, maîtres d’oeuvre et tous les professionnels du bâtiments, Archireport développe sans cesse des nouvelles fonctionnalités pour son application. Notre objectif ? Vous faire gagner en productivité en réduisant le temps consacré aux tâches administratives.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on Pinterest